Cannes 2018 : Marcello Fonte, un prix d’interprétation qui a du chien

Olivier Nuc Lefigaro.fr APRES UN discours empreint d’une belle émotion de son compatriote Roberto Benigni, Marcello Fonte est monté recevoir son prix de meilleur interprète masculin. Cet homme 39 ans, dont c’est la première venue à Cannes, illumine Dogman , l’excellent nouveau film de Matteo Garrone. «Petit, quand j’étais chez moi et qu’il pleuvait, je fermais les yeux et j’avais l’impression d’entendre des applaudissements, a-t-il déclaré sous les bravos du Grand Théâtre Lumière. Je me sens à l’aise avec vous. Ma famille, c’est le cinéma.»

Méconnu, Fonte poursuit une carrière hors norme depuis de longues années déjà. On a pu le voir dans un petit rôle dans le Gangs of New York de Martin Scorsese en 2002. Ce fils de paysan a grandi en Calabre, caressant le désir de devenir musicien. Une ambition contrariée par sa mère, qui l’encourage à quitter sa famille.

À Rome, il vit de squat en squat, dans le quartier de San Lorenzo, multipliant les métiers: homme de ménage, concierge, réparateur ou tifoso. De fil en aiguille, il devient homme à tout faire pour une troupe de théâtre faisant jouer des détenus.

Alors qu’il remplace l’un des comédiens au pied levé, il est remarqué par un collaborateur de Matteo Garrone, qui lui confie le rôle de Dogman, film qu’il porte sur ses frêles épaules avec son regard d’enfant. Afin de se préparer à cette prestation remarquable, Fonte apprend le métier de toiletteur canin et s’initie à la plongée sous-marine.

L’acteur est parfait dans ce rôle difficile et exigeant, qui le fait passer de la plus grande douceur à l’autodéfense avec une grande aisance. Réalisateur d’un premier film en 2015 (L’âne volant), Marcello Fonte devrait devenir un visage familier dans les années à venir, devant ou derrière la caméra.

Be the first to comment

Leave a Reply

L'indirizzo email non sarà pubblicato.


*