La maison en Calabre. 1970, le recit d’un turiste genevois

George Haldas

Rts.ch En 1970, l’écrivain Georges Haldas publie La maison en Calabre, une histoire de prime abord prosaïque sur son installation avec un couple d’amis dans une maison de vacances désolée qui ne correspond pas à leurs attentes.

Le réalisateur Claude Goretta illustre cette chronique de vacances ratées, lue et commentée sur place par l’écrivain genevois. Des images épurées de ces collines calabraises brûlées par le soleil témoignent de ce monde étranger, hostile dans sa rudesse et son dépouillement, un monde avec lequel ces touristes suisses entrent en confrontation.

La réalisation fait écho à la langue empreinte de naturel et de simplicité de l’écrivain genevois et rend l’intensité dramatique de ce choc de deux mentalités. Jusqu’à l’homme réconcilié…

Ce document a été diffusé à l’antenne sous le titre: Claude Goretta, la maison en Calabre de Georges Haldas.

Georges Haldas est né le 14 août 1917 à Genève, de père grec et de mère suisse. Poète, essayiste, traducteur (Prix Schiller 1971 et 1977, Grand Prix de la ville de Genève 1971, Prix Taormina 1970) il a publié une soixantaine de livres. Son oeuvre est marquée par son souci constant de précision et l’attention portée à chaque instant vécu. Il a publié des chroniques (Boulevard des philosophes, La Légende des cafés, Le Livre des passions et des heures), des poèmes (Le Couteau dans la plaie, Un grain de blé dans l’eau profonde) témoignant d’une conception mystique de l’écriture. Georges Haldas est devenu un des maîtres contemporains du journal et de l’autobiographie.

On lui doit également une traduction d’Anacréon, de Catulle et de Humberto Saba.

Il s’est éteint le 25 octobre 2010.

Be the first to comment

Leave a Reply

L'indirizzo email non sarà pubblicato.


*