Slovaquie : le ministre de l’Intérieur soupçonné d’entrave à la justice. Affaire Kuciak: crainte de manifestations violentes

Afp BRATISLAVA – Un procureur slovaque a annoncé jeudi qu’il allait déposer une plainte au pénal contre le ministre de l’Intérieur Robert Kalinak pour entrave à l’exercice de la justice dans une affaire de corruption présumée, alors que des appels à la démission du ministre se multiplient après l’assassinat du journaliste d’investigation Jan Kuciak. “Je dépose une plainte au pénal pour suspicion d’entrave à l’exercice de la justice”, a déclaré à la presse Vasil Spirko, du bureau du procureur spécial slovaque. La plainte concernera également de hauts responsables de la police, a-t-il expliqué. Selon un témoin cité par le procureur, M. Kalinak et l’ancien ministre des Finances Jan Pociatek auraient reçu à plusieurs reprises des commissions occultes d’une valeur allant jusqu’à 200 millions d’euros lors des appels d’offres sur des services et matériels informatiques pour le ministère de l’Intérieur. M. Spirko a supervisé cette enquête, mais a été par la suite accusé pour sa part d’exercer des pressions contre un témoin, avant d’être lavé de ces soupçons. Le ministre de l’Intérieur a dénoncé jeudi les accusations “absurdes” du procureur, alors que le Président slovaque Andrej Kiska les a qualifiées “d’extrêmement graves”, selon son porte-parole Roman Krpelan, interrogé par l’AFP. M. Kalinak est sous le feu des critiques depuis la mort de Jan Kuciak, assassiné par balles avec sa fiancée. Le journaliste d’investigation était sur le point de publier un article sur les liens présumés entre des hommes politiques slovaques et des hommes d’affaires italiens soupçonnés d’être liés à la mafia calabraise, la Ndrangheta. Sa mort a provoqué un choc en Slovaquie et à l’étranger. Des milliers de personnes, dont 25.000 à Bratislava, ont participé vendredi dernier à des manifestations anti-corruption et réclamé la démission tant du Premier ministre Robert Fico que de son ministre de l’Intérieur. De nouvelles manifestations sont attendues ce vendredi.

Le Premier ministre slovaque Robert Fico s’est dit inquiet du “caractère violent” que pourraient prendre des manifestations prévues vendredi après le meurtre du journaliste d’investigation Jan Kuciak, a rapporté un député européen qui l’a rencontré jeudi. “Le Premier ministre a exprimé son inquiétude concernant les manifestations prévues vendredi. Il a déclaré que ces protestations pourraient prendre un caractère violent”, a dit à l’AFP l’eurodéputé hongrois Benedek Javor, membre d’une délégation du Parlement européen en Slovaquie destinée à s’informer de l’état de l’enquête sur le meurtre de Jan Kuciak et sa compagne. “Je crois vraiment qu’il sera possible de trouver des solutions pacifiques à cette crise politique en Slovaquie”, a ajouté l’eurodéputé hongrois qui avec cinq autres députés a également rencontré le ministre de l’Intérieur Robert Kalinak. Des milliers de personnes, dont 25.000 à Bratislava, ont participé vendredi dernier à des manifestations anti-corruption et réclamé la démission tant de M. Fico que de son ministre de l’Intérieur. De nouvelles manifestations sont attendues ce vendredi.
Jan Kuciak, assassiné par balles avec sa fiancée, était sur le point de publier un article sur les liens présumés entre des hommes politiques slovaques et des hommes d’affaires italiens soupçonnés d’être liés à la mafia calabraise, la Ndrangheta. Sa mort a provoqué un choc en Slovaquie et à l’étranger.

Be the first to comment

Leave a Reply

L'indirizzo email non sarà pubblicato.


*